La poutine : frites, sauce brune, fromage.

Chercher « l’Idée »

Lorsqu’on débute derrière les fourneaux, trouver de nouvelles idées pour se démarquer, se tailler une place, est une nécessité. Au début des années 2000, la mode était aux petites choses un peu moléculaires dans des menus de 20 services. La cuisine de nos grand-mères était aussi à la page, elle l’est toujours d’ailleurs. C’est dans ce contexte que j’ai cherché « mon » idée.

Ce que c’est

L’envie de jouer avec la poutine s’est imposée rapidement parce que, petite confession, j’aime la poutine. Ça peut sembler très peu orthodoxe pour un chef comme amour, mais d’aussi loin que je me souvienne, la combinaison « frites, sauce brune et fromage » m’a toujours plu. C’est un classique réconfortant. Ça se mange un peu n’importe quand, avec ou sans ustensiles. La déconstruire ou la présenter en plusieurs services, ça ne me parlait pas tant, mais l’offrir en miniature, me semblait un possible. À force d’y réfléchir, l’éclair est venu de l’inverser, que la sauce et le fromage soient à l’intérieur d’une boule de pomme de terre, d’en faire un petit cube qui éclate en bouche. C’est ainsi, qu’en 2003 est née la Poutine inversée.

Où la trouver

Elle me suit partout où je vais, comme une fidèle compagne culinaire, elle installe la fête en début de repas et donne le ton pour les services à venir. Depuis 2007, elle a sa résidence permanente chez Auguste (mon ancien resto) puis cet automne elle poursuivra son chemin à la “Petite Maison”, mon nouveau projet montréalais. Grâce à un partenariat avec St-Hubert, qui m’a permis de l’industrialiser, on peut aussi se la procurer en épicerie, depuis la fin du mois d’août.

Ça se mange comment

Prendre la petite boule de bonheur entre le pouce et l’index, la mettre en entier en bouche, croquer, sourire. Ou, encore, mordre en son centre, étirer le fromage, sourire. On peut aussi concevoir la lancer dans les airs, puis l’attendre, la bouche grande ouverte, mais il faut alors avoir en tête le risque qu’elle éclate au sol et d’alors sourire moins.